Tribune franco-allemande des Parcs, Jardins et Monuments Historiques – Deutsch-Französisches Park-, Garten- und DenkmalMagazin

Rêve(s) de Champagne  – en deux volets (I)

 

Epernay cavalier

Seul le veneur ne semble pas affecté par le chantier © B.de Cosnac

Ils l’ont pensé, répertorié, reporté, rêvé sans jamais l’annuler : le musée du Vin de Champagne et d’Archéologie régionale. Erigé à Epernay, il sera le seul musée public en France consacré à cette boisson de luxe. Ce qui étonne non seulement les responsables du projet, mais nous aussi. N’empêche que toute lacune est faite pour être comblée un jour.

Aussi Epernay, qui se titre «capitale de champagne »,  présente-t-elle un chantier en accéléré, car le musée doit ouvrir en février 2020. Il se situe, bien sûr, dans l’un des plus beaux hôtels particuliers de la ville dont elle regorge. Appelé « le château », l’ancien hôtel particulier appartenait à la célèbre famille Perrier avant d’être racheté par la mairie en 1942. Seule la sculpture d’un chasseur à courre, sculptée par Pierre Le Nordez, y présente encore fière allure. Le reste est un chantier impressionnant où l’imagination la plus vive est demandée pour suivre le rêve des Sparnaciens (= habitants d’Epernay) et d’y voir renaître une splendide demeure construite entre 1852 à 1857 avec quatre façades différentes, façades les plus modernes et

Poésie d'un chantier © B. de Cosnac

Poésie d’un chantier © B. de Cosnac

éclectiques à l’époque. Cela fait 18 ans que sa renaissance dure. Le bâtiment a dû être fermé en 1998 pour des raisons de sécurité. En 2016 le projet du musée prend des formes concrètes – pour quelques 21,5 millions d’euros hors taxes. Un argent en partie inexistant qui cherche encore des nombreux donateurs.  – Du château classé « patrimoine majeur » par le Ministère de la Culture, seules restent pour l’instant des façades cachées, des parquets troués, des panneaux de bois en réfection, des putti et autres riches décors intérieurs endommagés, des pièces sans murs ainsi que des combles où le vent circule joyeusement en attendant que les fenêtres et portes de la carcasse soient refermées. Les trois mangeoires dans les écuries sont le symbole du futur café qui y sera implanté. On s’y reposera des trois étages de visite, visites consacrées à l’archéologie du terroir, à l‘élaboration du champagne, à l’histoire du mécénat et du marketing du XIX s à la Belle-Epoque. De nombreuses affiches, des collections de tableaux et porcelaines

Les caves calcaires sont profondes,  Champagne Boizel © B. de Cosnac

Les caves calcaires sont profondes, Champagne Boizel © B. de Cosnac

léguées. Une dernière salle exposera les instruments nécessaires à toute bonne dégustation. Reste à s’imaginer encore un beau parterre de verdure de 7500 m2 où quelques arbres historiques ont été sauvés des pelleteuses, mais non de la poussière. Nous voilà donc devant la poésie d’un chantier. – Le château fut la bâtisse d’un producteur et négociant de champagne. Nombreux sont-ils pour enrichir, par les impôts, la ville d’Epernay, mais aussi pour l’embellir par leur mécénat et l’architecture ambitieuse de leurs hôtels particuliers. Ceux-ci obéissent à trois lois : dépasser le voisin ; rester beau, côté rue, et fonctionnel côté cour et posséder de longues caves, fraîches et humides, dans cette terre de craie. C’est dans la cour et les caves que la transformation et le commerce du champagne trouvent leur départ, une fois les vendanges terminées. Caves comme hôtels peuvent changer de propriétaire comme ce fût le cas de Boizel, maison de champagne créée en 1834. Parmi ses clients du monde entier, les Japonais, les Etats-Unis, les Anglais arrivent en tête. Bien qu’il soit rare que les locaux et les caves changent de propriétaire au centre d’Epernay, sur la célèbre avenue de champagne, inscrite avec ses caves et les côteaux « patrimoine mondial » en 2015, la 6èmegénération Boizel a pris le relais en janvier 2019 dans un hôtel et des caves rachetés récemment à la famille Pol-Roger. Celle-ci en possède encore suffisamment. Car Pol-Roger, dont Winston Churchill raffolait, est aussi le fournisseur officiel de Her Majesty the Queen, patenté donc de la maison royale d’Angleterre. Les occasions heureuses de boire du champagne y ont été nombreuses ces dernières années … et continuerons avec ou sans Brexit. (A suivre)

 

©Bettina de Cosnac, éd. et réd. en chef Monumentum Nostrum 

 

 

 

 

 

 

 

Champagnerträume – in zwei Teilen (I)


Poesie einer Baustelle, "Schloss" Perrier © B. de Cosnac

Poesie einer Baustelle, « Schloss » Perrier © B. de Cosnac

Sie haben es angedacht, verschoben, geträumt, aber niemals aufgegeben: das Museum des Champagnerweins und Regionaler Archäologie (Musée du Vin de Chamapgne et d’Achéologie régionale). Nach seiner geplanten Eröffnung Anfang 2020 wird es das einzige öffentliche Champagnermuseum Frankreichs seins. Aber noch braucht es sehr viel Fantasie, um sich das bis zu seinem Aufkauf durch die Stadt 1942 größte Privathaus Epernays als interaktiven Museumssitz vorzustellen. Das ambitiöse Projekt entpuppt sich noch als gigantische Baustelle. Die Restaurierung des 1998 aus Sicherheitsgründen geschlossene Gebäude kostet 21,5 Millionen €. Das Geld sucht jedoch noch seine Geber.  Nur die Skulptur des Veneur von Bildhauer Pierre Le Nordez ist derzeit fast intakt. Der Rest des 1852-1857 von der berühmten Champagnerfamilie Perrier als höchstes, raffinierteste und sehr pariserisches, quasi schlossähnlich errichtete Haus zeigt verschleierte Fassaden, Zimmer ohne Wände, aufzuarbeitende

Innenverzierungen, durchlöcherte Böden und Dachgeschosse, in denen der Wind fröhlich

Les caves du "Champagne Boizel" à Epernay © B. de Cosnac

Die Champagnerkeller von Boizel in Epernay © B. de Cosnac

pfeift bis Luken und Türen wieder verschlossen werden. In den Stallungen erinnern drei Futterraufen, dass hier ein Café entstehen soll, in dem sich der Besucher vom langen Rundgang erholt. Auf drei Etagen werden Geo- und Archäologie der Champagne, Herstellung und Vermarktung des edlen Getränks bis zur Belle-Epoque gezeigt. Dank reicher, der Stadt vermachter Privatsammlungen. Auch der 7500 m2 große Garten beschränkt sich derzeit auf ein paar vor Schaufeln und  Baggern

gerettete, staubbedeckte Bäume. Das Museumsprojekt – derzeit eine reizvolle Baustellen-Poesie.

Die Perrier-Familie ist nur eine von vielen berühmten Champagnerfamilien, deren Häuser die teure Avenue de Champagne schmücken. Einst hieß sie rue royale und auch „des Follies“ – Straße der „Verrücktheiten“. Gemeint war wohl die Architektur. Hier gehorchen die Häuser vier Geboten: Sie müssen höher als jenes des Nachbarn sein; zur Straße hin das schönste Gewand zeigen; rückseitig jedoch mit funktionellen Lagerhallen aufwarten und vor allem unterirdische, feuchte Kreidekeller besitzen, in denen der Wein zu Champagner werden kann. Selten wechseln Häuser und Keller in Bestlage die Besitzer. Doch die seit Januar 2019 sechste Generation der 1843 in den Champagner eingestiegenen und in die USA, Japan, Deutschland exportierende Familie Boizel gelang es, Firmensitz und Keller vor wenigen Jahrzehnten Pol-Roger abzukaufen. Letzterer besitzt noch genug. Champagner Pol-Roger war nicht nur der Liebling von Winston Churchill sondern ist auch Hoflieferant des Buckingham Palast. His champagne serves and saves Her Majesty the Queen! Freudige Anlässe Champagner zu trinken, gab es in den letzten Jahren im englischen Königshaus mehr als genug. Und wird es gewiss weiterhin geben – Brexit hin, Brexit her! (Fortsetzung folgt © MoNo)