Tribune franco-allemande des Parcs, Jardins et Monuments Historiques – Deutsch-Französisches Park-, Garten- und DenkmalMagazin

Un jardin secret à Quintin: paradis d’un vert éternel

 Il y a de ces occasions rares qu’il faut savoir saisir. Comme des moments furtifs et des rencontres inattendues. De telles rencontres, on peut les faire lors des journées européennes du patrimoine. Et découvrir ainsi des jardins secrets, bien cachés derrière des murs anondins ou prometteurs comme ceux d’un hôtel particulier d’un ancien marchand de toiles à Quintin, en Bretagne. Un portail de cocher entr’ouverte laisse apparaître une cour délicieusement ancienne. De l’herbe, des carrés de gravier et des pavés carrés. Une haie d’ifs et des buis taillés en boule. Un rythme, une symétrie. Quelques outils fermiers, tels une fourche ou une brouette en bois, semblent délaissés. Pourtant ils sont savamment agencés comme objets de décoration rendant les lignes strictes plus ludiques. Une âme artiste, la propriétaire, y est à l’œuvre. Des frêles anémones blanches du japon font briller le beau vert de la vigne vierge grimpant aux murs du 18ème siècle. Cette cour est l’antichambre du jardin. Un escalier de pierre, paré d’une belle guirlande de lierre, vous guide à grimper trois mètres vers un jardin suspendu.

Tugny Obergarten schön

© B.de Cosnac

Jardin, vous avez dit jardin ? Et oui et quel jardin ! Raffiné dans son tracé simple, polychrome dans ses multiples nuances de vert. Du vert, du vert et rien que du vert. Mille nuances de vert. Le sombre vert des buis contraste avec le vert-citron fluo de la pelouse bien tondue. Un cadre ancien et sa toile moderne au milieu. Une écriture sobre, graphique. Au fond de ce rectangle, une alcôve de charmille, un banc et deux treillages verts limitent une troisième parcelle hébergeant un petit bois et sous-bois. Ici lui un vert-bleu de lauriers-cérises dont les troncs semblent marcottés. Une cabane de poules en bois, ressemblant à une cabane de plage sans l’être, mais d’inspiration anglaise. C’est vrai, en Bretagne, l’Angleterre n’est jamais loin.

Dans ce jardin, comme dans plusieurs dizaines à travers le monde, le célèbre paysagiste breton, Ewan Tymen, a su interpréter parfaitement le goût des propriétaires. Ceux-ci ont créé un jardin ex nihilo, sans plan n’existant. « Moderne dans sa conception, classique dans le choix des végétaux » explique la propriétaire. « Et en phase avec l’architecture de la maison ». De la sobriété et du rythme. De la retenue, classique. Du vertical, du horizontal. Des matériaux simples en pierre et en plantes.

Un groupe de lauriers © B.de Cosnac

Un groupe de lauriers
© B.de Cosnac

Pourtant, détestant les couleurs trop vives, les propriétaires ont créé à leur insu un vrai tableau lyrique breton : un jeu reflet entre le bleu du ciel et le vert du jardin. Un paysage breton incarné si bien par une seule fleur, le hydrangea bleu. Mais surprise : celle qu’on trouve partout en Bretagne, est totalement absente ici. Ce qui rend le jardin encore plus raffiné et unique.

Poursuivant la balade autour du rectangle central limité par une haie de buis taillée bas et plantée en double cadrage, nous découvrons un vaillant houx et un groupe de lauriers. Leurs feuilles épicent généralement la bonne cuisine. Ici elles deviennent feuillage d’ornement. A la mi-hauteur des troncs, des repousses sont taillées en camembert. L’aspect d’une roue de meule dense. Juste à côté, une autre terrasse est un rappel de la cour : des pavés, de l’herbe, mais aussi des plantes vertes en pots. Ni trop, ni trop peu. Toujours la juste mesure de la propriétaire. Deux chaises vous invitent à un bavardage, côté à côté. Nul ne s’assoit. On préfère flâner dans un endroit si bien encadré.

La rêverie y est possible. Se perdre non, car les murs et les buis vous encadrent. Et la chienne, une coquette tâche blanche, vous rappelle à chaque instant qui est le maître des lieux.

Un jardin secret qu’ il faut découvrir lors des journées de patrimoine et du week-end de jardin. Si je vous révélais l’adresse, il ne serait plus secret. Car tout secret mérite un peu de recherche. Cela fait partie de l’aventure et du mystère. Petite parenthèse:  c’ est au vert que les plus belles histoires d’amour et de coups de foudre ont lieu.

Bettina de Cosnac, rédactrice en chef MoNo 

 

 

 

 

 

Ein geheimer Garten in Quintin und immergrünes Paradies

 

 

Fenster zum Hof

Fenster zum Hof © B.de Cosnac

Es gibt Gelegenheiten, die ergriffen werden wollen. Festgehalten wie sich verflüchtene Momente oder überraschende Begegnungen. Eine solche sind die Europäischen Denkmaltage. Wer die Zeitungen an jenem Wochenende studiert, kann köstliche Stunden im Grünen verbringen. Etwa in geheimen Gärten wie jenem in Quintin, der sich, versteckt hinter der klassischen Granitfassade eines Tuchhändlerhauses nur zwei Mal pro Jahr erschließt. Der Blick durch das Kutschertor gleitet über einen gepflasterten Hinterhof. Gras zwischen den Steinquadraten, rechteckige Kieselbeete, wilder Wein, der an der Häuserwand hochrankelt und als Zierde ein paar alte Bauernutensilien, hingeworfen, wie vergessen, in

Der dritte Garten © B.de Cosnac

Der dritte Garten
© B.de Cosnac

Wahrheit jedoch sorgsam arrangiert. Die Besitzer haben einen sicheren Kunstgeschmack. Eine steinerne Treppe mit Efeugirlande als Geländer führt zu einem drei Meter höher gelegenen Garten. Es ist ein Traumgarten: ohne Blumen, ohne bunte Farbtupfer, jedoch mit tausend Nuancen von Grün. … shadows of green! Das dunkle Grün der doppelreihig gepflanzten, sorgfältig geschnittenen Buxushecke kontrastiert

mit dem leuchtenden Zitronengrün eines ebenso sorgsam gemähten Rasens. In einer Ecke flüstern mehrere schmale Bäume hoch gewachsenen Küchenlorbeers miteinander. An ihren Stämmen, auf halber Höhe, präsentiert sich derselbe Lorbeer als Formhecke, geschnitten wie ein Camembert. Sattgrüner Irischer Efeu begrünt dicht eine rückseitige Häuserwand. Der bekannte bretonische Landschaftsarchitekt Erwan Tymen verstand es hier, den auf Zurückhaltung und Symmetrie basierenden Geschmack der Besitzer zu interpretieren. „Ein Garten ohne historische Vorlagen, schlicht in der Anlage, klassisch in der Auswahl der Bepflanzung und der Zukunft zugewand“, erläutert die Besitzerin. Es ist ein formaler Garten in Grün. Auch ein dritter Gartenbereich bietet nichts als grünes Holz und Unterholz – und einen Hühnerschuppen, der an ein englisches Sommerstrandhaus erinnert. Wahrhaftig, in der Bretagne ist England nie weit. Dieser Garten in Quintin ist ein geheimes Paradies. Nur an den französischen Denkmal- und Gartentagen öffnet er seine Pforten. Wo er genau liegt? Nun, jedes Geheimnis braucht Zeit und Einsatz, um gelüftet zu werden. Lesen Sie an besagten Denkmaltagen und an dem Wochenende der offenen Gärten gewissenhaft die Lokalseiten der Stadt – und das immergrüne Paradies wird sich Ihnen erschließen. (MoNo)